You are here

Glossaire

A | B | C | D | E | F | G | H | I | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V
  • savoir

    Définition: 

    Le résultat de l’assimilation de l’information au cours de l’apprentissage. Le savoir est l’ensemble de faits, principes, théories et de pratiques liées à un champ d’études ou de travail.

    Note: 

    il existe de nombreuses définitions du concept de savoir/ connaissance; toutefois, les grands courants modernes opèrent quelques distinctions fondamentales:

    • Aristote établit une distinction entre la logique théorique et la logique pratique. De même, les théoriciens modernes (Alexander et al., 1991) distinguent la connaissance déclarative (théorique) de la connaissance procédurale (pratique).
      • La connaissance déclarative englobe les déclarations concernant des événements ou des faits spécifiques ainsi que des généralisations empiriques ou encore des principes plus fondamentaux sur la nature de la réalité.
      • La connaissance procédurale inclut différent éléments (heuristique, méthodologie, planification, pratiques, procédures, actions de routine, stratégies, tactiques, techniques ou astuces) (Ohlsson,1994);
    • on peut distinguer différentes formes de connaissance correspondant à différentes méthodes «d’apprentissage du monde»: des études ont permis d’identifier différentes catégories de connaissance, articulées de la manière suivante:
      • connaissance objective (naturelle/scientifique), jugée d’après le degré de certitude;
      • connaissance subjective (littéraire/esthétique), jugée d’après le degré d’authenticité;
      • connaissance morale (humaine/normative), jugée sur la base de l’acceptation collective (vrai/faux);
      • connaissance religieuse/divine, jugée sur la base de l’autorité divine (Dieu).

    Cette distinction schématique permet d’orienter les questions que nous posons, les méthodologies que nous utilisons et les réponses que nous apportons dans notre quête de la connaissance;

    • le savoir peut être tacite ou explicite.
      • Le savoir tacite (Polanyi, 1966) se définit comme la connaissance (pas nécessairement exprimée ou consciente) acquise par l’apprenant, et qui va influencer le processus cognitif.
      • Le savoir explicite correspond à la connaissance qui peut être mobilisée consciemment par l’apprenant, y compris la connaissance tacite qui devient explicite en devenant un «objet de pensée» (Prawat, 1989).
    Source: 
    Cedefop, 2008; European Parliament and Council of the European Union, 2008.
  • savoir-faire

    Définition: 

    Compétence, expérience dans l’exercice d’une activité.

    Source: 
    adapté de Dictionnaires Le Robert, 1993.
  • secteur

    Définition: 

    Ensemble d’entreprises exerçant la même activité économique principale (par exemple la chimie).

    ou

    Catégorie d’activités professionnelles (par exemple le marketing) commune à de nombreuses entreprises.

    Source: 
    Cedefop, 2008; European Parliament and Council of the European Union, 2008.
  • société civile

    Définition: 

    «Troisième secteur» de la société, distinct de l’État et du marché, constitué d’institutions, de groupes et d’associations (structurés ou non) susceptibles d’exercer une fonction de médiation entre les pouvoirs publics et les citoyens.

    Source: 
    Cedefop, 2001 in European Commission, 2001.
  • société de la connaissance / société basée sur la connaissance

    Définition: 

    Société dont les processus et les pratiques sont fondés sur la production, la diffusion et l’utilisation des savoirs.

    Source: 
    Cedefop, 2001 in European Commission, 2001.
  • société vieillissante

    Définition: 

    Société caractérisée par une proportion croissante de personnes âgées, habituellement liée à une natalité en déclin.

    Note: 

    dans une société vieillissante, les dispositifs d’enseignement et de formation doivent permettre d’éviter:

    • les pénuries et écarts de compétences;
    • les retraites anticipées, par la reconversion et le perfectionnement professionnel des travailleurs âgés.
    Source: 
    Cedefop.
  • sous-qualification

    Définition: 

    Situation dans laquelle une personne possède une qualification inférieure au niveau requis pour occuper un emploi.

    Note: 
    • la sous-qualification peut être évaluée à l’aune du niveau d’éducation ou du degré d’expérience professionnelle;
    • la sous-qualification peut être temporaire (par exemple lorsqu’un employeur place une personne sous-qualifiée à un poste exigeant un niveau de qualification plus élevé, jusqu’à ce qu’il trouve un candidat plus approprié) ou avoir un caractère plus permanent;
    • la sous-qualification peut également désigner la sous-éducation (une situation dans laquelle une personne possède un niveau d’éducation infiérieur à celui requis pour un poste) ou une sous-compétence (une situation dans laquelle une personne ne possède pas les aptitudes ou les compétences requises pour occuper un poste avec un niveau de performance satisfaisant).
    Source: 
    Cedefop, 2010.
  • surqualification

    Définition: 

    Situation dans laquelle une personne possède une qualification supérieure à cette requise pour l’emploi qu’elle occupe.

    Note: 
    • Le terme surqualification est proche – mais pas synonyme – de:
      • suréducation: situation dans laquelle une personne possède un niveau d’éducation supérieur à celui requis pour l’emploi qu’elle occupe (mesuré en années);
      • surcompétence: situation dans laquelle une personne ne peut pas utiliser l’ensemble de ses capacité et compétences dans le cadre de l’emploi qu’elle occupe.
    • La surqualification peut être temporaire (ex. un jeune hautement qualifié accepte un poste de niveau inférieur jusqu’à ce qu’il trouve un emploi à sa mesure) ou présenter un caractère plus permanent.
    Source: 
    Cedefop, 2010.
  • système de certification

    Définition: 

    L’ensemble des activités liées à la reconnaissance des apprentissages et des autres mécanismes qui unissent l’enseignement et la formation au marché du travail ou à la société civile. Ces activités incluent:

    • la définition de la politique de certifications, l’ingénierie de formation et sa mise en œuvre, les dispositifs institutionnels, le financement, l’assurance qualité;

    • l’évaluation et la certification des résultats/acquis d’apprentissage.

    Note: 

    tout système national de certification peut être constitué de plusieurs sous-systèmes et inclure un cadre national des certifications.

    Source: 
    Cedefop, 2008; European Parliament and Council of the European Union, 2008.
  • système de crédits

    Définition: 

    Un instrument conçu afin de permettre l’accumulation des résultats/acquis d’apprentissage obtenus dans des contextes formel, non formels ou informels, et de faciliter leur transfert d’un contexte vers un autre en vue de leur validation. Un système de crédits peut être conçu en décrivant:

    • un programme d’enseignement et de formation, et en attribuant des points (crédits) à ses composantes (modules, cours, stages, dissertations, etc.);
    • une qualification en termes d’unités de résultats/d’acquis d’apprentissage et en attribuant des points à chacune de ces unités.
    Source: 
    Cedefop, 2008.
  • Système européen de crédits d’apprentissage pour la formation et l’enseignement professionnels (ECVET)

    Définition: 

    Cadre technique pour le transfert, la validation et, le cas échéant, la capitalisation des acquis d'apprentissage individuels en vue de l'obtention d'une certification. Les outils et méthodes prévus dans ECVET comprennent la description des certifications en termes d'unités d'acquis d'apprentissage avec points de crédit associés, un processus de transfert et de capitalisation et des documents complémentaires tels que des contrats pédagogiques, des relevés des registres et des manuels à l'intention des utilisateurs d'ECVET.

    Note: 

    Ce cadre vise à promouvoir:

    • la mobilité des personnes en cours de formation;
    • la capitalisation, le transfert et la validation des résultats/acquis d’apprentissage (formel, non formel ou informel) effectués dans différents pays;
    • la mise en œuvre de l’apprentissage tout au long de la vie;
    • la transparence des qualifications;
    • la confiance mutuelle et la coopération entre les prestataires d’enseignement et de formation professionnels en Europe.

    Le système ECVET est fondé sur la description des qualifications exprimées en termes de résultats/d’acquis d’apprentissage (savoirs, aptitudes et compétences) organisées en unités transférables et capitalisables auxquelles sont attachées des unités consignées dans un relevé personnel de résultats/d’acquis d’apprentissage.

    Source: 
    Cedefop; European Parliament and Council of the European Union, 2009a.
  • Système européen de transfert et d’accumulation de crédits (ECTS)

    Définition: 

    Système qui consiste à décrire un programme d’études supérieures en attribuant des crédits à toutes ses composantes (modules, cours, stages, dissertations, thèse, etc.), afin de:

    • faciliter la lisibilité des programmes d’études et d’établir des comparaisons entre étudiants nationaux et étrangers;
    • promouvoir la mobilité des étudiants et la validation des résultats/acquis d’apprentissage;
    • aider les universités à organiser et réviser leurs programmes d’études.
    Note: 

    le système ECTS est fondé sur la charge de travail à réaliser par l’étudiant afin d’atteindre les objectifs du programme qui se définissent en termes de résultats/d’acquis d’apprentissage à obtenir. La charge de travail d’un étudiant inscrit dans un programme d’études à plein temps en Europe étant, dans la plupart des cas, d’une durée d’environ 1500-1800 heures par an, la valeur d’un crédit représente dans ces cas environ 25 à 30 heures de travail. Les individus qui peuvent démontrer des résultats/acquis d’apprentissage similaires dans d’autres contextes d’apprentissage peuvent obtenir leur reconnaissance ou des crédits (dispenses) de la part des organismes certificateurs délivrant les diplômes.

    Source: 
    Cedefop, 2008, adapté de European Commission, 2004.